Algorithme d'action de premier secours en cas de choc anaphylactique

L'algorithme correct des premiers secours en cas de choc anaphylactique peut sauver la vie de la victime, réduire le temps d'hospitalisation. Les actions en cas de choc anaphylactique combinent des mesures visant à rétablir l’approvisionnement en sang des organes et des systèmes, à retirer la victime de l’anaphylaxie, à soulager les spasmes et à prévenir les complications tardives.

Algorithme d'urgence pour le choc anaphylactique.

Les conditions principales pour que l'algorithme d'assistance aux chocs anaphylactiques fonctionne sont la rapidité et la séquence correcte des mesures anti-chocs.

1. Cessation de la nouvelle administration de l'agent causal du choc anaphylactique.

  • Si un choc anaphylactique est survenu lors de l'introduction d'une substance médicamenteuse, arrêtez l'injection (si le choc est survenu après une administration intraveineuse, l'aiguille n'est pas retirée);
  • si le médicament a été injecté dans un bras ou une jambe, un garrot doit être appliqué au-dessus du site d'administration;
  • si une morsure a provoqué une réaction, éliminez si possible la piqûre d'un insecte;
  • lors de l'instillation oculaire avec des allergènes, rincer les yeux avec de l'eau courante et égoutter avec une solution d'adrénaline (0,1%) ou d'hydrocortisone à 1%
  • lorsque l'instillation de gouttes allergiques dans le nez, appliquez les mêmes moyens sur le nez;
  • si l'allergène est ingéré par la bouche, si l'état de la personne concernée le permet, rincez l'estomac.

2. Évaluation de la condition afin d'identifier les facteurs mettant la vie en danger.

Si la victime parle ou est consciente, ses voies respiratoires sont dégagées, s’il est inconscient, faites attention à l’excursion thoracique et déterminez le pouls sur le côté du cou de l’artère carotide. S'il n'y a pas de pouls, commencez la réanimation cardio-respiratoire.

3. L'introduction de l'adrénaline.

Au point d’introduction de l’allergène (à travers l’aiguille gauche dans la veine) et autour, entrez immédiatement une solution à 0,1% d’adrénaline (0,5 à 1 ml, diluée dans 3 à 5 ml de solution de chlorure de sodium isotonique). L'adrénaline rétablit les voies respiratoires, rétrécit les vaisseaux sanguins et stimule le cœur.

4. Accès aérien.

Le patient doit être alimenté en air s’il est nécessaire de déboutonner les boutons du haut et de desserrer les vêtements serrés.

5. La position correcte.

Si la victime est consciente, il est nécessaire de la mettre afin de faciliter la respiration. Si la victime est inconsciente, il faut lui donner une position stable sur le côté gauche pour éviter que la langue ne colle et que les vomissements ne soient aspirés:

  • mettre la paume de la main supérieure sous le menton pour soutenir la tête;
  • pliez sa jambe, qui est au-dessus, à la cuisse et au genou, pour que le corps ne roule pas;
  • dans la mesure du possible, placez un large et large coussin de vêtements, de couvertures roulées, etc. sous le dos de la victime, des omoplates au pelvis;
  • Certains auteurs recommandent de placer la main de la victime, qui se trouve en bas, dans une position redressée derrière le dos, mais cette main risque de ne pas rester dans cette position pendant plus d’une heure.

6. Froid et chaud.

Il est nécessaire de réchauffer la victime après l'avoir recouvert de choses improvisées et d'imposer, dans la mesure du possible, des bouillottes. Appliquez une compresse froide ou un sac de glace sur le site d'injection ou de morsure.

7. Traitement anti-choc obligatoire.

  • Ré-entrez l'adrénaline si la pression artérielle n'augmente pas après 10 minutes;
  • entrer dans la prednisolone avec un puissant effet anti-allergique;
  • utilisez la diphenhydramine ou un autre antihistaminique;

8. Traitement symptomatique.

  • l'aminophylline en tant que bronchodilatateur du bronchospasme,
  • glycosides et diurétiques cardiaques pour l'insuffisance cardiaque,
  • diurétiques pour la prévention de l'enflure du cerveau et des poumons,
  • avec une maladie cérébrale - anticonvulsivants,

9. Évaluation de la condition afin d'identifier les facteurs ne mettant pas la vie en danger.

Inspection répétée de la victime, contrôle du pouls, respiration, tension artérielle. Après avoir amélioré la situation, demandez au patient de répondre à la question «Qu'est-ce qui vous blesse?», «Que s'est-il passé et qu'est-ce qui a provoqué le choc?

10. Hospitalisation de la victime.

Si les actions n’ont aucun effet, il est nécessaire de transporter soigneusement le patient dans un établissement médical.

  1. La vie d'une personne dépend de la rapidité des soins médicaux et du bon algorithme d'action en cas de choc anaphylactique!
  2. Les personnes qui ont eu un choc anaphylactique devraient faire l'objet d'un examen médical régulier par un allergologue.

Les matériaux de cet article sont à titre informatif seulement et ne remplacent en aucun cas l’assistance d’un médecin dans chaque cas particulier.

Pour plus d'informations sur le traitement en Allemagne
appelez-nous au numéro sans frais 8 (800) 555-82-71 ou posez votre question via

Protocole de soins d'urgence pour choc anaphylactique

T78.0 Choc anaphylactique provoqué par une réaction pathologique à l’alimentation.

T85 Complications associées à d'autres prothèses internes,

implants et greffes

T63 Effet toxique dû au contact avec des animaux toxiques.

W57 Morsure ou piqûre d'insectes non toxiques et autres substances non toxiques

X23 Contact avec les frelons, les guêpes et les abeilles.

T78 Effets indésirables non classés ailleurs Définition: Le choc anaphylactique est un processus pathologique aigu mettant la vie en danger, provoqué par un type immédiat de réaction allergique lorsqu'un allergène est introduit dans le corps, caractérisé par une altération grave de la circulation sanguine, de la respiration et du système nerveux central.

1. Évolution fulminante - début le plus aigu, avec baisse rapide et progressive de la pression artérielle, perte de conscience, insuffisance respiratoire croissante. La résistance aux traitements intensifs anti-chocs et au développement progressif jusqu’à un coma profond est un trait caractéristique du choc de foudre. La mort survient généralement dans les premières minutes ou les premières heures à cause de la défaite des organes vitaux.

2. Évolution récurrente - l’apparition d’un état de choc récurrent est typique de plusieurs heures ou de plusieurs jours après l’amélioration clinique. Parfois, les rechutes de choc sont beaucoup plus difficiles que la période initiale, elles sont plus résistantes au traitement.

3. Le cycle abortif est une variante asphyxiante du choc, dans laquelle les patients présentant des symptômes cliniques sont facilement arrêtés, souvent ne nécessitent pas l'utilisation de médicaments.

1. Allergie au médicament dans l'histoire.

2. Utilisation à long terme de substances médicamenteuses, en particulier cours répétés.

3. Utilisation des préparations de dépôt.

5. Activité de sensibilisation élevée du médicament.

6. Contact professionnel à long terme avec des médicaments.

7. Les maladies allergiques dans l'histoire.

8. La présence de teigne (athlète) comme source de sensibilisation aux

• décoloration de la peau (hyperémie ou pâleur de la peau, cyanose);

• gonflement des paupières, du visage, de la muqueuse nasale;

• sueur froide et collante;

• éternuements, toux, démangeaisons;

• convulsions cloniques des extrémités (parfois convulsions);

• écoulement involontaire d'urine, de matières fécales et de gaz.

• pouls filiforme fréquent (sur les vaisseaux périphériques);

• tachycardie (moins souvent bradycardie, arythmie);

• les bruits du coeur sont sourds;

• la pression artérielle diminue rapidement (dans les cas graves, la pression la plus basse n’est pas détectée). Dans les cas relativement légers, la pression artérielle ne tombe pas en dessous du niveau critique de 90-80 mm Hg. Art. Dans les premières minutes, la pression artérielle peut parfois augmenter légèrement;

• insuffisance respiratoire (essoufflement, respiration sifflante avec difficulté à respirer par la bouche);

• les pupilles sont dilatées et ne réagissent pas à la lumière.

1. Placez le patient dans la position de Trendelenburg: avec un pied levé,

tourner la tête sur le côté, appuyer sur la mâchoire inférieure pour empêcher la rétraction de la langue, l'asphyxie et empêcher l'aspiration des vomissements. Fournir de l'air frais ou une oxygénothérapie.

a) avec allergène parentéral:

- imposer un garrot (si la localisation le permet) à proximité du site d'injection

un allergène pendant 30 minutes sans pincer les artères (toutes les 10 minutes, le garrot est affaibli pendant 1 à 2 minutes);

- hacher «transversalement» le site d’injection (picotement) d’une solution à 0,18%

b) lors de l’instillation du médicament allergène dans les voies nasales et la conjonctive

rincer le sac à l'eau courante;

c) si l’allergène est pris par voie orale, laver l’estomac malade, s’il permet

a) Entrer immédiatement par voie intramusculaire:

- solution d'adrénaline 0,3 à 0,5 ml (pas plus de 1,0 ml). Re-introduction

l'adrénaline est effectuée à des intervalles de 5 à 20 minutes, en contrôlant la pression artérielle;

b) commencer la restauration du volume intravasculaire par voie intraveineuse

traitement par perfusion avec une solution de chlorure de sodium à 0,9% avec un volume d’injection d’au moins 1 l. En l'absence de stabilisation de l'hémodynamique dans les 10 premières minutes, en fonction de la gravité du choc, une solution colloïdale (pentamal) de 1 à 4 ml / kg / min est réintroduite. Le volume et la vitesse de la thérapie par perfusion sont déterminés par l’ampleur de la pression artérielle, du CVP et de l’état du patient.

- Prednisolone 90-150 mg en bolus intraveineux.

a) avec hypotension artérielle persistante, après remplissage du volume

circulation sanguine - amines vasopresseurs, administration titrée intraveineuse pour atteindre une pression artérielle systolique ≥ 90 mm Hg: dopamine par voie intraveineuse, à un taux de 4 à 10 μg / kg / min, mais ne dépassant pas 15 à 20 μg / kg / min (200 mg de sur

400 ml de solution de chlorure de sodium à 0,9% ou de solution de dextrose à 5%) - la perfusion est réalisée avec

vitesse 2-11 gouttes par minute;

b) avec le développement de la bradycardie, une solution à 0,1% d'atropine 0,5 ml est injectée par voie sous-cutanée, avec

si nécessaire, ré-administrer la même dose en 5 à 10 minutes;

c) lors de l'apparition du syndrome bronchospastique, l'injection intraveineuse d'une solution à 2,4% d'aminophylline (aminophylline) 1,0 ml (pas plus de 10,0 ml) par 20 ml de solution de chlorure de sodium isotonique est montrée; ou inhalé β2- adrénomimétiques - salbutamol 2,5-5,0 mg par nébuliseur;

g) en cas de cyanose, de dyspnée ou de râles secs à

L'auscultation montre l'oxygénothérapie. En cas d'arrêt respiratoire, la respiration artificielle est indiquée. Lorsque l'œdème du larynx - trachéotomie;

indications d'hospitalisation des patients après stabilisation de l'état du service

Choc anaphylactique. Causes, symptômes, algorithme de premiers secours, traitement, prévention.

Le site fournit des informations de base. Un diagnostic et un traitement adéquats de la maladie sont possibles sous la surveillance d'un médecin consciencieux. Tous les médicaments ont des contre-indications. Consultation requise

Choc anaphylactique: la pire manifestation d'une réaction allergique, menaçant le pronostic vital.

L'anaphylaxie est une réaction allergique mettant en jeu le pronostic vital et se développant rapidement, qui se manifeste souvent par un choc anaphylactique. Littéralement, le terme "anaphylaxie" se traduit par "contre l'immunité". Du grec "a" - contre et "phylaxie" - protection ou immunité. Le terme est mentionné pour la première fois il y a plus de 4000 ans.

  • L’incidence des réactions anaphylactiques par an en Europe est de 1 à 3 cas pour 10 000 habitants et le taux de mortalité atteint 2% chez tous les patients anaphylactiques.
  • En Russie, sur l'ensemble des réactions anaphylactiques, 4,4% ont présenté un choc anaphylactique.

Qu'est-ce qu'un allergène?

Immunité aux allergies

Mécanisme de l'anaphylaxie

Pour comprendre le mécanisme de développement du choc anaphylactique, il est nécessaire de considérer les points principaux du développement des réactions allergiques.

Le développement d'une réaction allergique peut être divisé en plusieurs étapes:

  1. Sensibilisation ou allergisation du corps. Le processus par lequel le corps devient très sensible à la perception d'une substance particulière (allergène) et à une réaction allergique se produit lorsque la substance pénètre à nouveau dans le corps. Lorsqu'un allergène est introduit pour la première fois dans l'organisme par le système immunitaire, il est reconnu comme une substance étrangère et produit des protéines spécifiques (immunoglobulines E, G). Qui sont ensuite fixés sur des cellules immunitaires (mastocytes). Ainsi, après la production de telles protéines, le corps devient sensibilisé. Autrement dit, si un allergène pénètre à nouveau dans le corps, une réaction allergique se produira. La sensibilisation ou l'allergie au corps est le résultat d'une défaillance du fonctionnement normal du système immunitaire causée par divers facteurs. Ces facteurs peuvent être une prédisposition génétique, un contact prolongé avec un allergène, des situations stressantes, etc.
  2. Réaction allergique. Lorsque l'allergène pénètre une seconde fois dans l'organisme, il est immédiatement rencontré par les cellules immunitaires, sur lesquelles se trouvent déjà des protéines spécifiques (récepteurs) déjà formées. Après le contact de l'allergène avec un tel récepteur, la cellule immunitaire libère des substances spéciales qui déclenchent une réaction allergique. L'une de ces substances est l'histamine - la principale substance d'allergies et d'inflammations, qui provoque une vasodilatation, des démangeaisons et un gonflement, puis une insuffisance respiratoire, abaissant la pression artérielle. Lors du choc anaphylactique, la libération de telles substances est massive, ce qui perturbe considérablement le fonctionnement des organes et des systèmes vitaux. Un tel choc anaphylactique sans intervention médicale rapide est irréversible et conduit à la mort de l'organisme.

Facteurs de risque de choc anaphylactique

  • Âge Chez l’adulte, les réactions anaphylactiques se développent plus souvent avec les antibiotiques, d’autres médicaments (anesthésiques, composants plasmatiques) et les piqûres d’abeilles. Chez les enfants, plus souvent sur la nourriture.
  • Paul Les femmes développent souvent une anaphylaxie lorsqu’elles prennent de l’aspirine, au contact du latex. Chez les hommes, l'anaphylaxie est le plus souvent causée par une morsure d'hyménoptère (abeilles, guêpes et frelons).
  • La présence de maladies allergiques (dermatite atopique, rhinite allergique, etc.).
  • Statut socio-économique. De manière surprenante, le risque de réaction anaphylactique est plus élevé chez les personnes au statut socio-économique élevé.
  • Le développement de l'anaphylaxie lors de l'administration de drogues par voie intraveineuse est plus grave que lors de l'ingestion de drogues.
  • La sévérité de la réaction anaphylactique est influencée par la durée et la fréquence du contact avec l'allergène.
  • La gravité du choc anaphylactique peut être déterminée par le début des premiers symptômes. Plus les symptômes apparaissent tôt, au moment du contact avec l'allergène, plus la réaction allergique sera difficile.
  • La présence dans la vie d'épisodes de réactions anaphylactiques.

Causes du choc anaphylactique

Symptômes de choc anaphylactique, photo

Les premiers symptômes de l'anaphylaxie apparaissent généralement 5 à 30 minutes après l'ingestion intraveineuse ou intramusculaire d'un allergène, ou quelques minutes à 1 heure si cet allergène est ingéré par la bouche. Parfois, un choc anaphylactique peut survenir en quelques secondes ou survenir au bout de quelques heures (très rarement). Vous devez savoir que plus une réaction anaphylactique se déclare tôt après le contact avec un allergène, plus elle sera dure.

“Centre pan-russe d'enseignement, scientifique et méthodologique pour la formation continue médicale et pharmaceutique de l'Agence fédérale pour la santé et le développement social” Tâches de test de référence pour les cours de formation avancée destinés au personnel médical et pharmaceutique de niveau secondaire en direction de

261. L'assistance médicale en cas de choc hémorragique comprend:

a) l'introduction de médicaments vasoconstricteurs

b) transfusions sanguines

c) donner au patient une position avec la tête baissée

d) inhalation d'oxygène

^ 262. Algorithme d’action sous forme de choc anaphylactique:

a) l’introduction d’adrénaline, de prednisolone, de dimédrol, accompagnée de signes de mort clinique - ventilation mécanique assistée, massage cardiaque indirect

b) l'imposition d'un harnais au-dessus du site d'injection, l'introduction de Dimedrol, l'adrénaline

c) effectuer un massage indirect du cœur, une ventilation mécanique, l'introduction de glycosides cardiaques

d) administration d'adrénaline, ventilation mécanique, massage cardiaque indirect

^ 263. Premiers soins d'un patient souffrant d'un infarctus aigu du myocarde:

a) donner de la nitroglycérine

b) assurer une paix physique complète

c) hospitaliser immédiatement en passant le transport

d) si possible, introduire des analgésiques

^ 264. Mesures d'urgence en cas d'hémorragie pulmonaire:

a) assurer un repos complet

b) banquise sur la poitrine

c) l'introduction de Vicasol et de chlorure de calcium

d) inhalation d'oxygène

^ 265. Dans une clinique d’asthme cardiaque chez un patient souffrant d’hypotension artérielle, une infirmière devrait:

a) imposer des mèches veineuses aux membres

b) commencer l'inhalation d'oxygène

c) introduire strophanthin dans / dans

d) entrez prednisone / m

266. L'odeur de l'acétone par la bouche est caractéristique du coma:

267. L'antidote aux intoxications par les opiacés est:

b) charbon actif

c) saline

^ 268. Mesures d'urgence en cas d'intoxication aux organophosphorés:

a) lavage gastrique

b) laxatif salin

c) laxatif gras

d) administration d'antidote

269. Dans les situations d'urgence, le service de médecine d'urgence a pour tâche principale:

a) effectuer des opérations de sauvetage et autres travaux urgents dans un centre d'aide en cas de catastrophe

b) recherche de victimes, premiers secours, élimination des foyers

c) fourniture des premiers soins médicaux aux blessés, maintien des fonctions des organes vitaux dans la zone sinistrée et lors de l'évacuation vers l'hôpital

d) la direction du groupe de forces effectuant des opérations de sauvetage dans le centre sinistré

270. L’assistance médicale dans les situations d’urgence est principalement fournie:

a) blessés avec des blessures accompagnées de troubles croissants des fonctions vitales

b) blessé avec des blessures accompagnées d'une déficience fonctionnelle grave

c) blessé avec des troubles incompatibles avec la vie

^ 271. Nombre de groupes de tri pendant le tri médical lors d'une intervention d'urgence:

Choc anaphylactique: causes de développement, symptômes, soins d'urgence

Le choc anaphylactique (ASH) est un complexe de dysfonctionnements du corps, résultant de la pénétration répétée d'allergènes dans celui-ci et se traduisant par un certain nombre de symptômes, parmi lesquels les troubles circulatoires prennent la première place.

Causes et développement du choc anaphylactique

La cendre est une réaction allergique systémique. Il se produit lorsqu'il entre en contact avec un allergène qui pénètre dans le corps avec de la nourriture, avec la respiration, des injections ou des picotements d'insectes.

Les cendres ne se produisent jamais lors du premier contact car, à ce stade, il n’ya qu’une sensibilisation de l’organisme - une sorte d’adaptation du système immunitaire à la substance correspondante.

Le deuxième coup de l'allergène provoque une réaction puissante du système immunitaire, au cours de laquelle les vaisseaux sanguins se dilatent de manière spectaculaire, la partie liquide du sang pénètre dans les tissus par la paroi des capillaires, la sécrétion de mucus augmente, un bronchospasme se produit, etc.

Ces troubles entraînent une diminution du volume sanguin circulant, ce qui entraîne une détérioration de la fonction de pompage du cœur et une chute de la pression artérielle à des nombres extrêmement bas.

Les allergènes les plus fréquents en cas de choc anaphylactique sont les médicaments prescrits conformément aux indications.

Dans ce cas, blâmer les médecins pour négligence est inutile, car personne ne peut prévoir la présence d'une allergie à un médicament en particulier. Il existe un certain nombre de médicaments qui provoquent le plus souvent des réactions indésirables. Avant de les utiliser, les médecins sont obligés de réaliser un test (par exemple, Novocain). Mais dans la pratique de l'auteur, il y avait un cas de choc anaphylactique sur la suprastine - un remède utilisé spécifiquement pour le traitement des allergies! Et il est impossible de prévoir un tel phénomène. C'est pourquoi chaque agent de santé (et pas seulement!) Devrait pouvoir reconnaître rapidement les signes de la cendre et se familiariser avec les techniques de premiers secours.

Symptômes de choc anaphylactique

Le tableau clinique de la SA dépend de la forme sous laquelle il apparaît. Il existe 5 types au total:

  • hémodynamique - apparition aiguë avec une chute critique de la pression artérielle et sans signes de dommages aux autres organes et systèmes;
  • asthme (asphyxie) - avec bronchospasme puissant et insuffisance respiratoire en augmentation rapide;
  • cérébral, affligé de graves dommages aux structures du cerveau et de la moelle épinière;
  • abdominale, dans laquelle il y a de graves violations de la cavité abdominale;
  • ils distinguent également la forme qui coule avec des symptômes brillants de la peau et des muqueuses.

Symptômes selon le degré de choc anaphylactique

Le choc anaphylactique 1 degré est la forme la plus favorable. L'hémodynamique est légèrement perturbée, la pression artérielle chute légèrement.

Les manifestations cutanées possibles d'allergies - démangeaisons, éruptions cutanées, urticaire, ainsi que maux de gorge, toux, allant jusqu'à l'angioedème Le patient est excité ou au contraire léthargique, la peur de la mort est parfois notée.

Le choc au deuxième degré est caractérisé par une diminution plus grave des paramètres hémodynamiques sous forme d'hypotension à 90-60 / 40 mm Hg.

La perte de conscience ne se produit pas immédiatement ou peut ne pas se produire du tout. Il y a des symptômes communs de l'anaphylaxie:

  • démangeaisons, éruption cutanée;
  • rhinite, conjonctivite;
  • angioedema;
  • la voix change jusqu'à sa disparition;
  • toux, crises d'asthme;
  • douleur dans l'abdomen et le coeur.

En état de choc anaphylactique, niveau 3, le patient perd rapidement conscience. La pression chute à 60-40 mm Hg. Un symptôme fréquent est une crise convulsive due à une atteinte grave du système nerveux central. Sueur gluante et glacée, cyanose des lèvres, pupilles dilatées. L'activité cardiaque est faible, le pouls est irrégulier, faible. Avec ce degré de choc, les chances de survie du patient sont très faibles, même avec une assistance opportune.

Avec un choc de 4 degrés, le phénomène d'anaphylaxie augmente à la vitesse de l'éclair, littéralement «à l'aiguille». Déjà au moment de l'introduction de l'allergène, presque instantanément, la pression artérielle chute à zéro, la personne perd conscience, le bronchospasme, l'œdème pulmonaire et l'insuffisance respiratoire aiguë augmentent. Cette forme entraîne rapidement le coma et la mort du patient, malgré des mesures thérapeutiques intensives.

Diagnostic du choc anaphylactique

La spécificité de la maladie est telle que, parfois, un spécialiste n’a pratiquement pas le temps de donner une explication détaillée des circonstances, de son histoire, des allergies du passé. Dans de nombreux cas, le score ne va pas même pendant des minutes - pour une fraction de seconde.

C’est pourquoi le plus souvent, le médecin ne peut qu’en un mot comprendre ce qui est arrivé au patient ou à d’autres personnes et également évaluer les données objectives:

  • l'apparence du patient;
  • paramètres hémodynamiques;
  • fonctions respiratoires;

puis assigner promptement le traitement.

Traitement et soins d'urgence en cas de choc anaphylactique

Le choc est peut-être la seule condition pathologique pour laquelle même un délai de traitement aux soins peut priver le patient de toute chance de guérison. Par conséquent, dans toute salle de traitement, il existe un ensemble spécial dans lequel sont préparés tous les préparatifs nécessaires pour arrêter le choc.

Algorithme d'action pour le choc anaphylactique

Premièrement, il est nécessaire d'arrêter complètement l'ingestion de l'allergène dans le corps - arrêter l'introduction du médicament, empêcher l'inhalation de pollen (simplement entrer dans la pièce), supprimer les aliments allergiques, éliminer les piqûres d'insectes, etc.

En cas d'anaphylaxie médicamenteuse ou de choc provoqué par une piqûre d'insecte, le lieu de pénétration de l'allergène est coupé avec de l'adrénaline et de la glace est appliquée. Cela réduit le taux d'absorption de substances nocives.

Après cela, administré immédiatement par voie intraveineuse:

  • adrénaline (jet ou goutte à goutte);
  • dopamine (goutte à goutte);
  • solutions de perfusion pour la correction de la carence en liquide;
  • médicaments glucocorticoïdes;
  • chlorure de calcium;
  • antihistaminiques - clémensine, diphénhydramine, etc. (injecté dans le muscle).

Le traitement chirurgical est utilisé uniquement en cas d'œdème laryngé, lorsqu'il est nécessaire d'ouvrir les voies respiratoires de manière urgente. Dans ce cas, le médecin effectue une cryoconicotomie ou une trachéotomie - un trou dans la paroi frontale du larynx ou de la trachée à travers lequel le patient peut respirer.

L'algorithme des actions parentales dans le développement du choc anaphylactique chez les enfants est présenté schématiquement ci-dessous:

Dans certaines formes de choc anaphylactique, malheureusement, même des soins médicaux immédiatement rendus peuvent être inefficaces. Hélas, les médecins ne sont pas omnipotents, mais le plus souvent, les gens survivent encore grâce à leurs efforts.

Cependant, chaque cas répété de cendre est plus grave que le précédent, il est donc conseillé aux personnes sujettes à l'anaphylaxie d'emporter avec elles une trousse de premiers soins, qui contiendra tout ce dont elles ont besoin pour faire cesser une attaque. Ce moyen simple peut considérablement augmenter les chances de leur propre salut.

Gennady Bozbey, commentateur médical, médecin urgentiste

10,869 vues totales, 1 vues aujourd'hui

Choc anaphylactique

Le choc anaphylactique (anaphylaxie) est une réaction aiguë courante de l'organisme, qui se produit lorsque divers antigènes (allergènes) sont réintroduits dans son environnement interne. Cette affection se manifeste par des changements brusques dans la circulation sanguine périphérique avec un affaiblissement de l'hémodynamique et de la respiration, des troubles graves du système nerveux central, une perturbation du tractus gastro-intestinal (vomissements, diarrhée), des mictions involontaires, etc.

Le choc anaphylactique causé par l’introduction d’une solution anesthésique ou d’une autre préparation médicamenteuse (antigène) est un grave et extrêmement dangereux pour la vie humaine, un type immédiat de réaction allergique parfois observé dans la pratique clinique du dentiste.

Le plus souvent, un choc anaphylactique se développe chez les personnes souffrant de maladies concomitantes de nature allergique, chez les personnes sujettes à une réaction allergique à certaines substances ou chez celles dont les proches parents ont de graves antécédents allergiques.

La novocaïne occupe une place importante parmi les médicaments à l'origine de cette réaction dangereuse aiguë. En plus de lui, malheureusement, il existe encore de nombreux analgésiques, dont l’utilisation peut entraîner (bien que très rarement) la mort, sinon une assistance immédiate. Par conséquent, une analyse approfondie des causes du choc anaphylactique, ainsi qu'un examen approfondi des formes, des manifestations cliniques, des méthodes de traitement d'urgence et de prévention par les dentistes, méritent une attention particulière.

Formes et évolution du choc anaphylactique

Le choc anaphylactique est un type immédiat de réaction allergique, basé sur le type de réactif de la pathogenèse. Les manifestations cliniques de l'anaphylaxie sont diverses et le type d'allergène (antigène) et sa quantité n'affectent généralement pas la gravité de cette affection. Trois types de choc anaphylactique se distinguent par le flux:

La forme fulminante du choc anaphylactique se produit 10 à 20 secondes après l’introduction ou la pénétration d’un allergène dans le corps. Il s’accompagne d’un tableau clinique sévère dont les principales manifestations sont:

  • hypovolémie (collapsus)
  • bronchospasme
  • dilatation de la pupille
  • cœur sourd sonne jusqu'à l'extinction complète
  • convulsions
  • faible
  • miction et défécation involontaires
  • Décès (en cas de soins médicaux intempestifs ou non qualifiés, le décès survient principalement après 8 à 10 minutes)

Entre la foudre et les formes prolongées d'anaphylaxie, il existe une option intermédiaire - une réaction anaphylactique de type retardée, qui apparaît principalement après 3 à 15 minutes.

Une forme prolongée de choc anaphylactique commence à se développer 15-30 minutes après l'application ou l'injection de l'antigène; Cependant, il y a des cas où ce temps dure jusqu'à 2-3 heures à partir du moment du contact du «provocateur» avec le corps.

Degrés d'anaphylaxie

Selon la gravité du choc anaphylactique (anaphylaxie), les experts le divisent en trois degrés:

Un léger choc anaphylactique survient généralement 1 à 1,5 minute après l'administration de l'antigène. Se manifeste sous la forme de démangeaisons de différentes parties du corps, gonflement des lèvres, légère diminution de la pression artérielle, tachycardie. Apparaissent localement un œdème cutané, qui ressemble à des brûlures d’ortie.
Une anaphylaxie d'intensité modérée se développe principalement 15 à 30 minutes après l'administration de l'antigène, bien qu'elle puisse parfois commencer plus tôt ou au contraire 2 à 3 heures; alors cet état est à juste titre appelé une forme prolongée d'écoulement. Les principales manifestations sont le bronchospasme, une insuffisance cardiaque, des rougeurs et des démangeaisons du corps dans certaines zones.

Choc anaphylactique sévère

Un choc anaphylactique grave se produit généralement 3 à 5 minutes après l'administration de l'antigène. Les principaux symptômes de cette situation dangereuse sont

  • hypotension instantanée
  • essoufflement (bronchospasme)
  • rougeur et démangeaisons au visage, aux mains, au torse, etc.
  • mal de tête
  • tachycardie sévère et affaiblissement des tons cardiaques
  • dilatation de la pupille
    apparition de cyanose
  • vertiges (difficile à tenir debout)
  • faible
  • contractions musculaires squelettiques et même des convulsions
  • miction et défécation involontaires

Étant donné que chaque organisme sensibilisé réagit à sa manière à l'introduction de l'antigène, les manifestations cliniques d'une telle réaction aiguë peuvent être purement individuelles. Il est probable que le déroulement et le résultat du traitement dépendront de la rapidité de l’accouchement et de la qualification des soins médicaux.

Types de choc anaphylactique

L'anaphylaxie peut toucher tout le corps ou, dans une large mesure, un seul organe. Cela se manifeste par le tableau clinique correspondant. Les principaux types de choc anaphylactique comprennent:

  • typique
  • cardiaque
  • Asthme (ischémie myocardique, troubles de la microcirculation périphérique)
  • cérébrale
  • abdominale (symptôme de "abdomen aigu", qui survient principalement en raison de l'introduction d'antibiotiques)

Il est clair que chaque type d'anaphylaxie, outre la direction générale, nécessite également un traitement spécifique visant à restaurer au maximum la fonction de l'organe affecté.

Manifestations cliniques de choc anaphylactique

L’apparition du choc anaphylactique est précédée de la période dite prodromique associée au stade initial du développement de la maladie. Quelques minutes après l'application, l'inhalation du médicament, en particulier d'un anesthésique local, provoque un malaise général, mais il n'y a toujours pas de signe caractéristique de réaction.
Le choc présente le plus souvent une variété de symptômes, qui se manifestent généralement dans l'ordre suivant:

  • anxiété, peur, excitation
  • faiblesse générale qui se développe rapidement
  • sensation de chaleur
  • picotements et démangeaisons au visage, aux mains
  • acouphènes
  • mal de tête sévère
  • vertige
  • rougeur du visage suivie d'une pâleur (hypotension grave)
  • sueur froide et collante sur le front
  • toux et suffocation due à un bronchospasme
  • douleur thoracique sévère, en particulier dans la région du coeur
  • tachycardie
  • inconfort dans l'abdomen
  • nausée, vomissement
  • éruption cutanée et gonflement du type angioedema (pas toujours)

Si le traitement urgent n’est pas commencé, l’état du patient s’aggravera à chaque fois. Avec ceci:

  • évanouissement
  • les pupilles se dilatent et réagissent à peine à la lumière
  • les muqueuses deviennent bleuâtres
  • les bruits du coeur sont sourds, mal buggés
  • le pouls est filant, à peine palpable
  • HELL diminue considérablement (dans les cas graves, il est difficile à déterminer)
  • la respiration ralentit, difficile (bronchospasme), des râles secs se produisent, parfois une asphyxie se produit par un gonflement de la muqueuse respiratoire
  • convulsions, frissons ou faiblesse générale
  • chez certains patients, une distension abdominale, une miction involontaire et parfois une défécation sont possibles.

Aux stades léger et modéré du choc anaphylactique, on observe la plupart des symptômes ci-dessus. Lorsque la forme est grave, les signes de dommages à certains organes et systèmes prévalent. Si le patient ne fournit pas rapidement des soins médicaux qualifiés, la foudre et les formes prolongées de choc anaphylactique sont souvent mortelles.

Causes de décès en choc anaphylactique

Dans la pratique dentaire lors de la mise en œuvre de l'anesthésie locale, il existe également des cas où le développement de réactions allergiques de type immédiat a des conséquences mortelles.
Les principaux facteurs de décès sont:

  • asphyxie due à un spasme aigu des muscles des bronches
  • insuffisance respiratoire et / ou cardiaque aiguë ou arrêt cardiaque dans la phase d'éveil soudain du système nerveux parasympathique
  • une violation flagrante des étapes de la coagulation du sang, à savoir: une coagulation sanguine accrue alterne avec une réduction, qui se produit par la destruction de leucocytes et de labrocytes granulaires et de sécrétions en parallèle avec l'histamine, la sérotonine, les kinines et le SRS d'une grande quantité d'héparine (en conséquence, le sang ne coagule pas)
  • gonflement du cerveau
  • hémorragies dans les organes vitaux (cerveau, glandes surrénales)
  • insuffisance rénale aiguë

Un nombre assez important de variantes des conséquences létales du choc anaphylactique s’explique évidemment par le fait que, selon les données statistiques, elles ajoutent rarement par erreur des informations sur le décès de patients non par anaphylaxie, mais par exemple par un infarctus du myocarde et un œdème cérébral.

Diagnostic différentiel de choc anaphylactique

Pour distinguer les chocs anaphylactiques en dentisterie des évanouissements habituels, même prolongés, est relativement simple. Avec le développement de l'anaphylaxie, à l'exception de la forme éclair, la conscience du patient est maintenue pendant un certain temps. Le patient est agité, se plaint de l'apparition de démangeaisons cutanées. En même temps, il y a une tachycardie. D'abord, l'urticaire, l'œdème de Quincke, puis le bronchospasme et la détresse respiratoire se développent. Seulement plus tard, faiblesse et autres complications dangereuses.

Quant au choc traumatique, contrairement à l'anaphylactique, il présente une phase érectile initiale caractéristique, lorsque la personne est clairement agitée: excessivement mobile, gai, bavard. Au début, la pression artérielle est fixée à la normale ou légèrement élevée (avec une anaphylaxie, la pression artérielle chute de manière significative).

Avec le développement de l'hypovolémie, la peau devient pâle, cyanotique, couverte de sueur froide et collante. Il y a une forte et en même temps une diminution significative de la pression artérielle. Pour clarifier la situation clinique, il faut tout d’abord éliminer les causes de saignements et de pertes liquidiennes importantes (vomissements, transpiration excessive).
Avec l'hypovolémie, il n'y a pas d'anxiété chez le patient, de démangeaisons cutanées, d'essoufflement (bronchospasme!) Ni d'autres symptômes caractéristiques d'une réaction allergique aiguë.

L'insuffisance cardiaque aiguë n'est associée à l'introduction répétée d'aucun antigène dans le corps et ne se manifeste pas soudainement et rapidement. Pour elle, l’étouffement caractéristique est de type inspiratoire, cyanose, râles humides, que l’on entend dans les poumons. Comme dans le cas de l’anaphylaxie, une tachycardie importante est observée. Cependant, la pression artérielle reste presque inchangée, tandis qu’au début du choc anaphylactique, une diminution instantanée de la pression artérielle est enregistrée.

Le diagnostic d'infarctus du myocarde repose principalement sur les données de l'anamnèse (accidents vasculaires cérébraux de plus en plus fréquents). Pendant une crise cardiaque, le patient développe des douleurs thoraciques persistantes qui irradient vers une ou les deux mains. L'utilisation de nitroglycérine ne soulage pas l'état du patient. Dans plus de 80% des cas d'infarctus du myocarde, des modifications caractéristiques sont visibles sur l'ECG.
La différenciation de l'anaphylaxie avec l'épilepsie est également basée sur l'historique recueilli à partir duquel le médecin apprend l'existence d'attaques périodiques de cette maladie. L’une des premières manifestations de l’épilepsie, à la différence de l’anaphylaxie, est l’évanouissement soudain, puis - rougeur du visage, convulsions, salivation importante (écume).

Chez les patients présentant une insuffisance hépatique, le risque d'anaphylaxie est beaucoup plus grand que chez ceux ne présentant pas cette pathologie. En outre, il est plus difficile d'éliminer de l'état de choc anaphylactique les patients souffrant de maladie des rayons présentant des processus inflammatoires du foie et une immunité réduite. Par conséquent, avant toute intervention sous anesthésie locale, ils doivent d'abord être préparés à la chirurgie (traitement préventif à l'acide epsilon-aminocaproïque et à d'autres mesures). Le médecin ne doit pas oublier que les enfants présentant un développement d'anaphylaxie ne peuvent pas toujours indiquer clairement ses symptômes spécifiques. En cas d'œdème laryngé, une intubation trachéale urgente ou une conicotomie (cricothyrotomie) est nécessaire.

Soins d'urgence pour choc anaphylactique

Dès l'apparition des premiers signes d'une réaction allergique aiguë, un type immédiat est nécessaire:

  • Arrêtez immédiatement l'entrée d'un éventuel allergène (provocateur) dans le corps, y compris tout anesthésique
  • donner à la victime une position horizontale (allongée sur une surface plane et dure)
  • nettoyer de toute urgence la cavité buccale des rouleaux de coton, du mucus, des caillots de sang, des masses émétiques, des prothèses amovibles, etc.
  • libérer le patient de la pression
  • rendre l'air frais et frais accessible
  • pour éviter que la langue ne tombe, si vous vous évanouissez, jetez la tête en arrière le plus loin possible, puis tirez la mâchoire inférieure vers l'avant (méthode Safar)
  • afin d'empêcher le développement de l'hypoxie, l'inhalation continue d'oxygène doit être instaurée sans délai; si nécessaire, une ventilation artificielle du poumon
  • prendre toutes les mesures pour réduire l'activité de l'antigène
  • commencer la pharmacothérapie dès que possible

Pour soustraire un patient au choc anaphylactique, toutes les mesures non médicamenteuses et médicamenteuses doivent être effectuées simultanément. Des soins médicaux inopportuns rendus et non qualifiés peuvent être fatals.

Drogues Anaphylactiques De Choc

L'objectif de la pharmacothérapie. L'action des substances médicamenteuses, introduites lors du développement du choc anaphylactique, devrait principalement fournir:

  • normalisation de la pression artérielle
  • activité antigénique réduite
  • fixer la fréquence optimale de la contraction du myocarde
  • élimination du bronchospasme
  • l'élimination d'autres symptômes dangereux qui peuvent se développer

Lorsque le patient a une sensation de froid, il est conseillé de placer un coussin chauffant sur le site de la projection des vaisseaux marginaux, puis de recouvrir la victime d’une couverture chaude; Pour éviter les brûlures causées par une bouteille d'eau chaude, vous devez surveiller l'état de sa peau.

Caractéristiques de l'introduction de médicaments
Pour sauver la vie d'une personne en état de choc anaphylactique, chaque seconde coûte cher. Par conséquent, la tâche principale du médecin est d’obtenir le plus rapidement possible l’effet thérapeutique maximal. Il est clair que dans cette situation extrême, ni pilules, gélules ni teintures, ni même certaines mesures d'injection (intracutanée, sous-cutanée) ne pourront aider.
Il est également inapproprié pour un patient en état de choc d'injecter des agents pharmacothérapeutiques par voie intramusculaire, car la circulation sanguine ralentit fortement pendant l'anaphylaxie; par conséquent, le médecin ne peut pas déterminer à l'avance le taux d'adsorption du médicament administré et prédire le début et la durée de son action. Parfois, dans des circonstances similaires, l’injection intramusculaire de médicament ne produit aucun effet thérapeutique: les substances injectées ne sont pas absorbées. Ce sont les caractéristiques de la pharmacothérapie dans le développement du choc anaphylactique. Et quelles devraient être les mesures thérapeutiques efficaces?

La voie d'administration des médicaments par voie intraveineuse est la plus appropriée pour les états allergiques de choc. Si aucune perfusion intraveineuse n’a été réalisée auparavant et qu’à Vienne, aucun cathéter n’est installé, on peut alors injecter une fine aiguille dans une veine périphérique par le biais d’une activité vitale (adrénaline, atropine, etc.).
Les médecins ou leurs assistants exerçant une ventilation mécanique ou un massage cardiaque devraient prendre des dispositions pour l'administration intraveineuse de solutions appropriées aux veines des bras et des jambes. Dans ce cas, la préférence devrait être donnée aux veines des mains, car la perfusion dans les veines des jambes non seulement ralentit la circulation du médicament dans le cœur, mais accélère également le développement de la thrombophlébite.

Si, pour une raison quelconque, l’administration par voie intraveineuse des médicaments nécessaires est difficile, l’injection immédiate de médicaments d’urgence (adrénaline, atropine, scopolamine) directement dans la trachée constitue la meilleure solution. En outre, les anesthésiologistes américains en réanimation recommandent également d’introduire ces agents sous la langue ou les joues. En raison des caractéristiques anatomiques des zones mentionnées (forte vascularisation, proximité des centres vitaux), de telles méthodes d’injection de substances essentielles pour le corps peuvent compter sur un effet thérapeutique rapide.

L'adrénaline ou l'atropine est introduite dans la trachée à une dilution de 1:10. La ponction se fait à travers le cartilage hyalin du larynx. Injectez ces médicaments sous la langue ou la joue sous leur forme pure. Dans tous les cas, une aiguille d’injection d’une longueur de 35 mm et d’un diamètre de 0,4 à 0,5 mm est utilisée.
Avant l'introduction de médicaments sous la langue ou la joue est nécessaire des tests d'aspiration. Il est à noter que l'injection d'adrénaline présente certains inconvénients, notamment la courte durée de cet agent. Par conséquent, l'injection doit être répétée toutes les 3 à 5 minutes.

Adrénaline avec choc anaphylactique

Parmi tous les médicaments utilisés pour soustraire le patient à l'état de choc anaphylactique, l'adrénaline (le principal médicament utilisé pour le traitement du choc anaphylactique) s'est avérée la plus efficace, le médecin doit commencer à l'utiliser dès que possible.
L'adrénaline est administrée à:

  • dilatation des vaisseaux coronaires
  • augmentation du tonus musculaire cardiaque
  • stimulation des contractions spontanées du coeur
  • contraction ventriculaire accrue
  • augmentation du tonus vasculaire et de la pression artérielle
  • activation de la circulation sanguine
  • promouvoir l'effet du massage cardiaque indirect

Dans de nombreux cas, une injection d'adrénaline rapide et qualifiée augmente les chances de réussir à retirer un patient d'un choc anaphylactique grave et dangereux. La plus simple, bien sûr, est l’injection intramusculaire d’adrénaline à une dose de 0,3 à 0,5 ml. Solution à 0,1%. Cependant, comme indiqué précédemment, cette méthode ne s’applique pas efficacement; en plus l'action de l'adrénaline est courte. Par conséquent, dans la pratique clinique, d’autres applications de ce médicament se sont répandues:

  • adrénaline par voie intraveineuse lentement dans 0,5-1 ml. Solution à 0,1%, diluée dans 20 ml. 5% de glucose ou 10-20 ml. Concentration de chlorure de sodium de 0,9%
  • sous réserve de l'absence de compte-gouttes - 1 ml d'une solution à 0,1% de diluée dans 10 ml de solution à 0,9% de chlorure de sodium
  • l'épinéphrine est injectée directement dans la trachée sous la forme d'un aérosol à travers un tube endotrachéal; cependant, son effet est plus court
  • adrénaline sous la langue ou la joue (cette option est choisie par les médecins qui ne pratiquent pas la chirurgie)

En parallèle avec l'adrénaline, l'atropine devrait également être utilisée, ce qui provoque un blocage des récepteurs M-cholinergiques du système nerveux parasympathique. En raison de son action, la fréquence cardiaque est accélérée, la pression artérielle est normalisée et le spasme des muscles lisses des bronches et du tractus gastro-intestinal est soulagé.

Adrénaline - Complications

Une injection trop rapide d'adrénaline ou son surdosage provoque le développement de certaines conditions pathologiques indésirables, en particulier, telles que:

  • tension artérielle excessive
  • angine de poitrine (due à une tachycardie prononcée)
  • infarctus du myocarde localisé
  • coup

Pour prévenir l'apparition de ces complications, en particulier chez les personnes d'âge moyen et les personnes âgées, l'injection d'adrénaline doit être effectuée lentement, tout en contrôlant simultanément le pouls et la hauteur de la pression artérielle.

Prévention du bronchospasme progressif

En cas d’anaphylaxie, accompagnée d’un bronchospasme grave, une assistance pharmacothérapeutique d’urgence prévoit une progression de la lumière des bronches. Pour ce faire, utilisez:

Pas d'allergies!

livre de référence médical

Algorithme de soins d'urgence en cas de choc anaphylactique

T78.0 Choc anaphylactique provoqué par une réaction pathologique à l’alimentation.

T85 Complications associées à d'autres prothèses internes,

implants et greffes

T63 Effet toxique dû au contact avec des animaux toxiques.

W57 Morsure ou piqûre d'insectes non toxiques et autres substances non toxiques

X23 Contact avec les frelons, les guêpes et les abeilles.

T78 Effets indésirables non classés ailleurs Définition: Le choc anaphylactique est un processus pathologique aigu mettant la vie en danger, provoqué par un type immédiat de réaction allergique lorsqu'un allergène est introduit dans le corps, caractérisé par une altération grave de la circulation sanguine, de la respiration et du système nerveux central.

1. Évolution fulminante - début le plus aigu, avec baisse rapide et progressive de la pression artérielle, perte de conscience, insuffisance respiratoire croissante. La résistance aux traitements intensifs anti-chocs et au développement progressif jusqu’à un coma profond est un trait caractéristique du choc de foudre. La mort survient généralement dans les premières minutes ou les premières heures à cause de la défaite des organes vitaux.

2. Évolution récurrente - l’apparition d’un état de choc récurrent est typique de plusieurs heures ou de plusieurs jours après l’amélioration clinique. Parfois, les rechutes de choc sont beaucoup plus difficiles que la période initiale, elles sont plus résistantes au traitement.

3. Le cycle abortif est une variante asphyxiante du choc, dans laquelle les patients présentant des symptômes cliniques sont facilement arrêtés, souvent ne nécessitent pas l'utilisation de médicaments.

1. Allergie au médicament dans l'histoire.

2. Utilisation à long terme de substances médicamenteuses, en particulier cours répétés.

3. Utilisation des préparations de dépôt.

5. Activité de sensibilisation élevée du médicament.

6. Contact professionnel à long terme avec des médicaments.

7. Les maladies allergiques dans l'histoire.

8. La présence de teigne (athlète) comme source de sensibilisation aux

• décoloration de la peau (hyperémie ou pâleur de la peau, cyanose);

• gonflement des paupières, du visage, de la muqueuse nasale;

• sueur froide et collante;

• éternuements, toux, démangeaisons;

• convulsions cloniques des extrémités (parfois convulsions);

• écoulement involontaire d'urine, de matières fécales et de gaz.

• pouls filiforme fréquent (sur les vaisseaux périphériques);

• tachycardie (moins souvent bradycardie, arythmie);

• les bruits du coeur sont sourds;

• la pression artérielle diminue rapidement (dans les cas graves, la pression la plus basse n’est pas détectée). Dans les cas relativement légers, la pression artérielle ne tombe pas en dessous du niveau critique de 90-80 mm Hg. Art. Dans les premières minutes, la pression artérielle peut parfois augmenter légèrement;

• insuffisance respiratoire (essoufflement, respiration sifflante avec difficulté à respirer par la bouche);

• les pupilles sont dilatées et ne réagissent pas à la lumière.

1. Placez le patient dans la position de Trendelenburg: avec un pied levé,

tourner la tête sur le côté, appuyer sur la mâchoire inférieure pour empêcher la rétraction de la langue, l'asphyxie et empêcher l'aspiration des vomissements. Fournir de l'air frais ou une oxygénothérapie.

a) avec allergène parentéral:

- imposer un garrot (si la localisation le permet) à proximité du site d'injection

un allergène pendant 30 minutes sans pincer les artères (toutes les 10 minutes, le garrot est affaibli pendant 1 à 2 minutes);

- hacher «transversalement» le site d’injection (picotement) d’une solution à 0,18%

b) lors de l’instillation du médicament allergène dans les voies nasales et la conjonctive

rincer le sac à l'eau courante;

c) si l’allergène est pris par voie orale, laver l’estomac malade, s’il permet

a) Entrer immédiatement par voie intramusculaire:

- solution d'adrénaline 0,3 à 0,5 ml (pas plus de 1,0 ml). Re-introduction

l'adrénaline est effectuée à des intervalles de 5 à 20 minutes, en contrôlant la pression artérielle;

b) commencer la restauration du volume intravasculaire par voie intraveineuse

traitement par perfusion avec une solution de chlorure de sodium à 0,9% avec un volume d’injection d’au moins 1 l. En l'absence de stabilisation de l'hémodynamique dans les 10 premières minutes, en fonction de la gravité du choc, une solution colloïdale (pentamal) de 1 à 4 ml / kg / min est réintroduite. Le volume et la vitesse de la thérapie par perfusion sont déterminés par l’ampleur de la pression artérielle, du CVP et de l’état du patient.

- Prednisolone 90-150 mg en bolus intraveineux.

a) avec hypotension artérielle persistante, après remplissage du volume

circulation sanguine - amines vasopresseurs, administration titrée intraveineuse pour atteindre une pression artérielle systolique ≥ 90 mm Hg: dopamine par voie intraveineuse, à un taux de 4 à 10 μg / kg / min, mais ne dépassant pas 15 à 20 μg / kg / min (200 mg de sur

400 ml de solution de chlorure de sodium à 0,9% ou de solution de dextrose à 5%) - la perfusion est réalisée avec

vitesse 2-11 gouttes par minute;

b) avec le développement de la bradycardie, une solution à 0,1% d'atropine 0,5 ml est injectée par voie sous-cutanée, avec

si nécessaire, ré-administrer la même dose en 5 à 10 minutes;

c) lors de l'apparition du syndrome bronchospastique, l'injection intraveineuse d'une solution à 2,4% d'aminophylline (aminophylline) 1,0 ml (pas plus de 10,0 ml) par 20 ml de solution de chlorure de sodium isotonique est montrée; ou administration par inhalation de β2-adrenomimetics - salbutamol 2,5-5,0 mg via un nébuliseur;

g) en cas de cyanose, de dyspnée ou de râles secs à

L'auscultation montre l'oxygénothérapie. En cas d'arrêt respiratoire, la respiration artificielle est indiquée. Lorsque l'œdème du larynx - trachéotomie;

indications d'hospitalisation des patients après stabilisation de l'état du service

réanimation et soins intensifs.

Le choc anaphylactique est une urgence courante qui peut être fatale avec des soins inappropriés ou inopportuns. Cette affection s'accompagne d'un grand nombre de symptômes négatifs, au cas où il est recommandé d'appeler immédiatement la brigade des ambulances et de fournir les premiers soins de manière indépendante avant son arrivée. Il existe des mesures pour prévenir le choc anaphylactique, ce qui aidera à éviter la récurrence de cette maladie.

1 choc anaphylactique

Le choc anaphylactique est une réaction allergique généralisée de type immédiat, qui s'accompagne d'une diminution de la pression artérielle et d'une altération de l'apport sanguin aux organes internes. Le terme "anaphylaxie" en grec signifie "impuissance". Ce terme a été introduit pour la première fois par les scientifiques S. Richet et P. Portier.

Cette maladie survient chez des personnes d'âges différents, avec la même prévalence chez les hommes et les femmes. La fréquence des chocs anaphylactiques varie de 1,21 à 14,04% de la population. Le choc anaphylactique létal se produit dans 1% des cas et est la cause de la mort de 500 à 1 000 patients chaque année.

Algorithme d'action dans le développement de l'angioedème

2 étiologie

Le choc anaphylactique est souvent causé par des médicaments, des piqûres d’insectes et de la nourriture. Cela se produit rarement au contact du latex et de l'exercice. Dans certains cas, la cause du choc anaphylactique ne peut être établie. Les causes possibles de cette condition sont répertoriées dans le tableau:

Le choc anaphylactique peut causer n'importe quel médicament. Le plus souvent, il est causé par des antibiotiques, des anti-inflammatoires, des hormones, des sérums, des vaccins et des agents chimiothérapeutiques. Parmi les aliments, les causes communes sont les noix, le poisson et les produits laitiers, les œufs.

Algorithme de premiers secours dans l'attaque de l'asthme bronchique

3 vues et tableau clinique

Il existe plusieurs formes de choc anaphylactique: généralisé, hémodynamique, asphyxique, abdominal et cérébral. Ils diffèrent les uns des autres par leur tableau clinique (symptômes). Il a trois degrés de gravité:

Le plus courant est une forme généralisée de choc anaphylactique. La forme généralisée est parfois appelée typique. Cette forme comporte trois stades de développement: la période des précurseurs, la période de hauteur et la période de sortie de choc.

Le développement de la période précurseur est effectué dans les 3 à 30 minutes suivant l’action de l’allergène. Dans de rares cas, cette étape se développe dans les deux heures. La période des précurseurs est caractérisée par l'apparition d'anxiété, de frissons, d'asthénie et de vertiges, d'acouphènes, d'une perte de vision, d'un engourdissement des doigts, de la langue, des lèvres, du dos et de l'abdomen. Les patients développent souvent une urticaire, des démangeaisons cutanées, des difficultés respiratoires et un œdème de Quincke. Dans certains cas, cette période chez les patients peut être absente.

Perte de conscience, baisse de la pression artérielle, tachycardie, pâleur de la peau, essoufflement, miction involontaire et défécation, diminution du débit urinaire caractérisant la période de pointe. La durée de cette période dépend de la gravité de cette condition. La sévérité du choc anaphylactique est déterminée par plusieurs critères, ils sont présentés dans le tableau:

La sortie du choc continue chez les patients pendant 3-4 semaines. Les patients présentent des maux de tête, une faiblesse et une perte de mémoire. C'est au cours de cette période que les patients peuvent développer une crise cardiaque, une altération de la circulation cérébrale, des lésions du système nerveux central, un œdème de Quincke, une urticaire et d'autres pathologies.

La forme hémodynamique est caractérisée par une diminution de la pression, une douleur dans la région du cœur et une arythmie. L'asphyxie, l'essoufflement, l'œdème pulmonaire, l'enrouement ou le gonflement du larynx apparaissent dans la forme asphyxique. La forme abdominale est caractérisée par des douleurs abdominales et se manifeste par des allergies alimentaires. La forme cérébrale se manifeste sous forme de convulsions et de stupeur de la conscience.

Pour aider, il est nécessaire de déterminer correctement que le patient a exactement cette situation d'urgence. Le choc anaphylactique est détecté quand il y a plusieurs signes:

Symptômes de laryngospasme chez les enfants et les soins d'urgence

5 assistance

Les premiers soins en cas de choc anaphylactique comportent trois étapes. Il est nécessaire d'appeler immédiatement une ambulance. Ensuite, vous devriez demander à la victime ce qui a provoqué l’allergie. Si la cause est de la laine, du duvet ou de la poussière, vous devez cesser de contacter le patient avec l'allergène. Si l'allergie est due à une piqûre d'insecte ou à une injection, il est recommandé de lubrifier la plaie avec un antiseptique ou d'appliquer un garrot au-dessus de la plaie.

Il est recommandé de donner à la victime un antihistaminique (antiallergique) ou de faire une injection d'adrénaline par voie intramusculaire dans les meilleurs délais. Après avoir effectué ces procédures, le patient doit être placé sur une surface horizontale. Les jambes doivent être surélevées un peu plus haut que la tête et la tête doit être tournée sur le côté.

Avant l'arrivée de l'ambulance, il est nécessaire de surveiller l'état du patient. Besoin de mesurer le pouls et de surveiller la respiration. Après l'arrivée de la brigade d'ambulances, il faut informer le personnel médical du début de la réaction allergique, du temps qui s'est écoulé et des médicaments administrés au patient.

Fournir les premiers secours d’urgence, c’est aider l’infirmière lorsque cette situation se présente. Le processus d'allaitement est effectué en vue de la sortie de l'état de choc anaphylactique de la patiente. Il existe un certain algorithme d'actions et de tactiques d'assistance:

  1. 1. arrêter l'introduction du médicament-allergène;
  2. 2. appeler un médecin;
  3. 3. placer le patient sur une surface horizontale;
  4. 4. assurez-vous que les voies respiratoires sont praticables;
  5. 5. imposer un rhume sur le site d'injection ou un garrot;
  6. 6. fournir de l'air frais;
  7. 7. calmer le patient;
  8. 8. effectuer des examens infirmiers: mesurer la pression artérielle, compter le pouls, la fréquence cardiaque et les mouvements respiratoires, mesurer la température corporelle;
  9. 9. préparer des médicaments pour une administration ultérieure par voie intraveineuse ou intramusculaire: adrénaline, prednisolone, antihistaminiques, Relanium, Berotec;
  10. 10. Si nécessaire, l'intubation trachéale prépare un canal et un tube d'intubation;
  11. 11. sous la supervision d'un médecin pour prendre rendez-vous.

6 prévention

Les mesures de prévention des chocs anaphylactiques dus aux médicaments sont divisées en trois groupes: communautaire, médical général et individuel. Les mesures publiques se caractérisent par l'amélioration de la technologie de fabrication des médicaments, la lutte contre la pollution de l'environnement, la vente de médicaments en pharmacie selon les prescriptions des médecins et l'information constante de la population sur les réactions allergiques indésirables aux médicaments. La prévention individuelle consiste à collecter l'anamnèse et à utiliser dans certains cas des tests cutanés et des méthodes de diagnostic en laboratoire. Les mesures médicales générales sont les suivantes:

  1. 1. prescription raisonnable de médicaments;
  2. 2. empêcher la nomination simultanée d'un grand nombre de médicaments;
  3. 3. diagnostic et traitement des maladies fongiques;
  4. 4. une indication de l'intolérance du patient à l'égard des médicaments figurant sur la carte ou dans l'historique de la maladie;
  5. 5. utilisation de seringues et d'aiguilles jetables lors de manipulations;
  6. 6. observation des patients pendant une demi-heure après l'injection;
  7. 7. mise à disposition de salles de traitement avec sets antichocs.

La prévention du choc anaphylactique est nécessaire pour prévenir la récurrence du choc anaphylactique. Lorsque les allergies alimentaires dues au régime alimentaire doivent éliminer l’allergène, suivez un régime hypoallergénique et traitez les pathologies du tractus gastro-intestinal. En cas d'hypersensibilité aux piqûres d'insectes, il est recommandé de ne pas se rendre sur les marchés, de ne pas marcher pieds nus sur l'herbe, de ne pas utiliser de parfums (car ils attirent les insectes), de ne pas prendre de médicaments contenant de la propolis et d'avoir un kit antichoc dans la trousse de secours.

Et un peu sur les secrets...

L'histoire d'une de nos lectrices, Irina Volodina:

Mes yeux étaient particulièrement frustrants, entourés de grosses rides, de cernes et de gonflements. Comment éliminer complètement les rides et les poches sous les yeux? Comment faire face à l'enflure et aux rougeurs? Mais rien n'est aussi vieux ou jeune homme que ses yeux.

Mais comment les rajeunir? Chirurgie plastique? J'ai découvert - pas moins de 5 000 dollars. Procédures matérielles - photorajeunissement, pilling gaz-liquide, lifting par radio, lifting au laser? Un peu plus accessible - le cours coûte entre 1,5 et 2 000 dollars. Et quand trouver tout ce temps? Oui et toujours cher. Surtout maintenant. Donc, pour moi, j'ai choisi une autre façon...

Le choc anaphylactique (ASH) est un complexe de dysfonctionnements du corps, résultant de la pénétration répétée d'allergènes dans celui-ci et se traduisant par un certain nombre de symptômes, parmi lesquels les troubles circulatoires prennent la première place.

La cendre est une réaction allergique systémique. Il se produit lorsqu'il entre en contact avec un allergène qui pénètre dans le corps avec de la nourriture, avec la respiration, des injections ou des picotements d'insectes.

Les cendres ne se produisent jamais lors du premier contact car, à ce stade, il n’ya qu’une sensibilisation de l’organisme - une sorte d’adaptation du système immunitaire à la substance correspondante.

Le deuxième coup de l'allergène provoque une réaction puissante du système immunitaire, au cours de laquelle les vaisseaux sanguins se dilatent de manière spectaculaire, la partie liquide du sang pénètre dans les tissus par la paroi des capillaires, la sécrétion de mucus augmente, un bronchospasme se produit, etc.

Ces troubles entraînent une diminution du volume sanguin circulant, ce qui entraîne une détérioration de la fonction de pompage du cœur et une chute de la pression artérielle à des nombres extrêmement bas.

Les allergènes les plus fréquents en cas de choc anaphylactique sont les médicaments prescrits conformément aux indications.

Dans ce cas, blâmer les médecins pour négligence est inutile, car personne ne peut prévoir la présence d'une allergie à un médicament en particulier. Il existe un certain nombre de médicaments qui provoquent le plus souvent des réactions indésirables. Avant de les utiliser, les médecins sont obligés de réaliser un test (par exemple, Novocain). Mais dans la pratique de l'auteur, il y avait un cas de choc anaphylactique sur la suprastine - un remède utilisé spécifiquement pour le traitement des allergies! Et il est impossible de prévoir un tel phénomène. C'est pourquoi chaque agent de santé (et pas seulement!) Devrait pouvoir reconnaître rapidement les signes de la cendre et se familiariser avec les techniques de premiers secours.

Le tableau clinique de la SA dépend de la forme sous laquelle il apparaît. Il existe 5 types au total:

  • hémodynamique - apparition aiguë avec une chute critique de la pression artérielle et sans signes de dommages aux autres organes et systèmes;
  • asthme (asphyxie) - avec bronchospasme puissant et insuffisance respiratoire en augmentation rapide;
  • cérébral, affligé de graves dommages aux structures du cerveau et de la moelle épinière;
  • abdominale, dans laquelle il y a de graves violations de la cavité abdominale;
  • ils distinguent également la forme qui coule avec des symptômes brillants de la peau et des muqueuses.

Symptômes selon le degré de choc anaphylactique

Le choc anaphylactique 1 degré est la forme la plus favorable. L'hémodynamique est légèrement perturbée, la pression artérielle chute légèrement.

Les manifestations cutanées possibles d'allergies - démangeaisons, éruptions cutanées, urticaire, ainsi que maux de gorge, toux, allant jusqu'à l'angioedème Le patient est excité ou au contraire léthargique, la peur de la mort est parfois notée.

Le choc au deuxième degré est caractérisé par une diminution plus grave des paramètres hémodynamiques sous forme d'hypotension à 90-60 / 40 mm Hg.

La perte de conscience ne se produit pas immédiatement ou peut ne pas se produire du tout. Il y a des symptômes communs de l'anaphylaxie:

  • démangeaisons, éruption cutanée;
  • rhinite, conjonctivite;
  • angioedema;
  • la voix change jusqu'à sa disparition;
  • toux, crises d'asthme;
  • douleur dans l'abdomen et le coeur.

En état de choc anaphylactique, niveau 3, le patient perd rapidement conscience. La pression chute à 60-40 mm Hg. Un symptôme fréquent est une crise convulsive due à une atteinte grave du système nerveux central. Sueur gluante et glacée, cyanose des lèvres, pupilles dilatées. L'activité cardiaque est faible, le pouls est irrégulier, faible. Avec ce degré de choc, les chances de survie du patient sont très faibles, même avec une assistance opportune.

Avec un choc de 4 degrés, le phénomène d'anaphylaxie augmente à la vitesse de l'éclair, littéralement «à l'aiguille». Déjà au moment de l'introduction de l'allergène, presque instantanément, la pression artérielle chute à zéro, la personne perd conscience, le bronchospasme, l'œdème pulmonaire et l'insuffisance respiratoire aiguë augmentent. Cette forme entraîne rapidement le coma et la mort du patient, malgré des mesures thérapeutiques intensives.

La spécificité de la maladie est telle que, parfois, un spécialiste n’a pratiquement pas le temps de donner une explication détaillée des circonstances, de son histoire, des allergies du passé. Dans de nombreux cas, le score ne va pas même pendant des minutes - pour une fraction de seconde.

C’est pourquoi le plus souvent, le médecin ne peut qu’en un mot comprendre ce qui est arrivé au patient ou à d’autres personnes et également évaluer les données objectives:

  • l'apparence du patient;
  • paramètres hémodynamiques;
  • fonctions respiratoires;

puis assigner promptement le traitement.

Traitement et soins d'urgence en cas de choc anaphylactique

Le choc est peut-être la seule condition pathologique pour laquelle même un délai de traitement aux soins peut priver le patient de toute chance de guérison. Par conséquent, dans toute salle de traitement, il existe un ensemble spécial dans lequel sont préparés tous les préparatifs nécessaires pour arrêter le choc.

Premièrement, il est nécessaire d'arrêter complètement l'ingestion de l'allergène dans le corps - arrêter l'introduction du médicament, empêcher l'inhalation de pollen (simplement entrer dans la pièce), supprimer les aliments allergiques, éliminer les piqûres d'insectes, etc.

En cas d'anaphylaxie médicamenteuse ou de choc provoqué par une piqûre d'insecte, le lieu de pénétration de l'allergène est coupé avec de l'adrénaline et de la glace est appliquée. Cela réduit le taux d'absorption de substances nocives.

Après cela, administré immédiatement par voie intraveineuse:

  • adrénaline (jet ou goutte à goutte);
  • dopamine (goutte à goutte);
  • solutions de perfusion pour la correction de la carence en liquide;
  • médicaments glucocorticoïdes;
  • chlorure de calcium;
  • antihistaminiques - clémensine, diphénhydramine, etc. (injecté dans le muscle).

Le traitement chirurgical est utilisé uniquement en cas d'œdème laryngé, lorsqu'il est nécessaire d'ouvrir les voies respiratoires de manière urgente. Dans ce cas, le médecin effectue une cryoconicotomie ou une trachéotomie - un trou dans la paroi frontale du larynx ou de la trachée à travers lequel le patient peut respirer.

L'algorithme des actions parentales dans le développement du choc anaphylactique chez les enfants est présenté schématiquement ci-dessous:

Dans certaines formes de choc anaphylactique, malheureusement, même des soins médicaux immédiatement rendus peuvent être inefficaces. Hélas, les médecins ne sont pas omnipotents, mais le plus souvent, les gens survivent encore grâce à leurs efforts.

Cependant, chaque cas répété de cendre est plus grave que le précédent, il est donc conseillé aux personnes sujettes à l'anaphylaxie d'emporter avec elles une trousse de premiers soins, qui contiendra tout ce dont elles ont besoin pour faire cesser une attaque. Ce moyen simple peut considérablement augmenter les chances de leur propre salut.

Gennady Bozbey, commentateur médical, médecin urgentiste

5,309 vues totales, 2 vues aujourd'hui

Choc anaphylactique - réaction allergique aiguë dangereuse pour la vie humaine. Environ 10 à 20% des cas d'anaphylaxie sont mortels. La condition se développe avec une sensibilité accrue (sensibilisation) du corps à l'allergène.

Une réaction allergène n'a pas l'heure exacte de début, le plus souvent dans les 5-30 minutes. Dans certains cas, les symptômes douloureux apparaissent au bout de 6 à 12 heures à partir du moment où l’allergène entre en contact avec la peau ou les muqueuses.

Un état pathologique peut entraîner une altération de la circulation sanguine, des spasmes musculaires, une chute de pression, un manque d'oxygène et une perte de conscience.

Soins d'urgence pour choc anaphylactique

Premiers secours
Dès l'apparition des premiers signes de choc anaphylactique, appelez immédiatement une ambulance. Le patient est placé en position horizontale.

Pas besoin de lever la tête sur l'oreiller, cela peut compliquer davantage l'irrigation sanguine du cerveau. Il est recommandé de retirer les prothèses à l'avance. Si possible, mesurez le pouls, la pression et réglez le rythme respiratoire.

Avant l'arrivée de spécialistes, il est nécessaire de prendre des mesures pour éliminer les effets de l'allergène, par exemple pour ventiler la pièce, pour arrêter l'introduction du médicament (lorsque le médicament a déclenché une réaction aiguë). Il est possible d'appliquer un garrot au-dessus du site d'injection ou de la morsure.

Soins médicaux urgents
Une réaction allergique aiguë nécessite des soins médicaux immédiats:

  • éliminer le contact du patient avec l'allergène;
  • détend les muscles lisses du corps;
  • rétablir la respiration et la circulation sanguine.

Les soins d'urgence en cas de choc anaphylactique impliquent l'introduction progressive d'un certain nombre de médicaments. L'algorithme d'action pour le choc anaphylactique est le suivant:

  1. Assurer la perméabilité des voies respiratoires;
  2. Pour l'administration d'adrénaline par voie sous-cutanée ou intraveineuse afin d'éliminer l'insuffisance respiratoire aiguë, 1 ml d'une solution à 0,1% de chlorhydrate d'épinéphrine est dilué à 10 ml avec une solution saline;
  3. Le site d'injection ou la piqûre sera écrasé avec une solution à 0,1% d'adrénaline de 0,3 à 0,5 ml;
  4. Introduction de glucocorticoïdes pour soulager le choc anaphylactique. Prednisolone à une dose de 90-120 mg. ou dexaméthasone à une dose de 12-16 mg;
  5. L’introduction d’antihistaminiques pour réduire la tension artérielle, soulager les spasmes des bronches et réduire le gonflement des poumons. D'abord par injection, puis sous forme de comprimés (tavegil, suprastine, dimédrol).
  6. Dans les cas graves, les patients peuvent nécessiter une ventilation artificielle des poumons et un massage cardiaque fermé. Lorsqu'ils fournissent des soins d'urgence, les médecins peuvent recourir à un cathétérisme de la veine centrale, à une trachéostomie ou à l'introduction d'adrénaline dans le cœur.

Traitement ultérieur
Après avoir surmonté les manifestations aiguës de la pathologie, le médecin prescrit un traitement dans les conditions de l'unité de soins intensifs ou des soins intensifs. Si la pression peut être maintenue dans la plage normale, l'injection d'adrénaline est arrêtée.

Les hormones et les bloqueurs d'histamine assurent l'élimination des effets des allergies en 1 à 3 jours. Pendant 2 semaines, le patient reçoit un traitement de désensibilisation.

Un signe typique de l'anaphylaxie est la survenue d'une réaction aiguë après une interaction répétée avec un irritant. Cela signifie qu'après le premier contact avec l'allergène, le choc anaphylactique ne se manifeste généralement pas chez les enfants et les adultes.

Le choc anaphylactique se développe à la suite de la production de substances spéciales provoquant des processus inflammatoires. La libération de ces éléments entraîne la libération de basophiles, l'histamine, à partir des cellules du système immunitaire.

Les facteurs pouvant provoquer une activation brutale des récepteurs allergiques:

  • prendre un certain nombre de médicaments (antibiotiques pénicillines, antimicrobiens, hormonaux ou analgésiques);
  • l'utilisation de sérum antidiphtérique, antitétanique;
  • production excessive d'hormones pancréatiques (insuline), de glandes parathyroïdes (hormone parathyroïdienne);
  • contact cutané avec le poison, la salive des animaux, y compris les insectes et les serpents;
  • vaccination (utilisation de substances médicamenteuses à base de cellules du système immunitaire et de médicaments pour lutter contre les maladies du système nerveux à caractère bactérien, l'asthme bronchique et les pathologies virales transmises par des gouttelettes en suspension dans l'air);
  • manger certains aliments ou épices (légumineuses, poisson, œufs, noix, fruits de mer ou fruits);
  • passer une radiographie lorsque les agents de contraste contenant de l'iode deviennent dangereux;
  • utilisation erronée de substituts sanguins, transfusion de sang inapproprié.

La réaction à un allergène se produit généralement sous 3 formes:

  1. Choc anaphylactique classique. La maladie entraîne l'apparition rapide d'une faiblesse, d'une perte de conscience. Dans cette forme de manifestation de choc, le patient n'a pas le temps de reconnaître les principaux signes de pathologie en raison de l'apparition rapide d'un trouble de la conscience;
  2. Variante subaiguë du choc. Se produit généralement après la prise de médicaments. Les premières manifestations peuvent être notées après 1 à 3 minutes après l'injection ou 10 à 20 minutes après l'ingestion. Il y a des vertiges, des difficultés respiratoires et une perte de conscience;
  3. Réaction anaphylactoïde. Provoque une éruption cutanée, une augmentation de la transpiration, une diminution de la pression, de la douleur et une altération de la conscience 30 à 60 minutes après l'interaction avec l'allergène.

L’apparition de l’anaphylaxie peut être établie avec précision après une série d’études:

  • analyse de l'histoire de la vie (détermination de la propension à l'intolérance aux médicaments, des allergies alimentaires chez un patient, ses parents et d'autres membres de la famille) et des plaintes des patients (test des symptômes);
  • examen médical;
  • test sanguin;
  • test d'allergie cutanée;
  • ECG, mesure de la pression artérielle.

Pour réduire le risque de réaction allergique aiguë, vous devez respecter les règles suivantes:

  • éliminer le contact avec les irritants;
  • prendre des médicaments selon les recommandations du médecin traitant;
  • prendre une douche tous les jours;
  • effectuer un nettoyage humide régulier de l'habitation.